PORTRAITS DE VILLES

ARTUS DE LAVILLEON

Artus de Lavilléon, né à Paris en 1970, travaille à la fois sur le « témoignage brutal de vécu » et « l’archivage du quotidien ». C’est un personnage complexe à défaut d’être compliqué. Passionné de skateboard, il est connu dans ce milieu, comme dans celui de la mode. Artiste au sens strict du terme, il se fait remarquer avec de grands dessins noirs et blancs. Il travaille sur de nombreux projets : expositions, installations, performances, photos, livres, fanzines, pièces de théâtre, et fonde différents lieux et magazines.

Médiatisé pour s’être installé trois semaines dans les vitrines du Printemps et pour sa performance Consumérisme menée chez Citadium, il est le fondateur du mouvement Art posthume qui revendique la vie plus que l’art, l’amateurisme plus que le professionnalisme du rien et le droit à « ne pas faire pour être, mais être pour être ».

« J’ai eu une enfance merveilleuse et une adolescence difficile. Je suis parti à l’étranger et revenu, j’ai monté un magazine de skate, un magasin ultra-branché et un autre, aidé beaucoup d’artistes et une galeriste, vécu dans les vitrines d’un grand magasin et participé à une course illégale de voitures de milliardaires à travers le monde, été encensé et détesté dans la presse… bref, j’ai vécu et partagé. Un jour tout cela m’a permis, avec des amis, de “lancer” un mouvement artistique. J’avais juste mis le nom sur cette chose qui m’avait toujours habité : la certitude d’avoir quelque chose à dire qui concerne tous les hommes. »